Utiliser la bonne technique de maçonnerie

6 votes

Niveau de difficulté: Difficile

Afficher les fournitures

Une bonne technique de maçonnerie est toutefois très importante, non seulement pour obtenir un beau résultat mais aussi pour veiller à ne pas gaspiller le mortier. Un must absolu lorsque vous construisez un mur creux en demi-brique, car les excédents de mortier réduisent considérablement la valeur d’isolation du mur.

Dans ce conseil, nous nous limiterons à la manière exacte de maçonner à l’aide d’un cordeau de maçon que l’on tend entre deux profilés. 

1.

Prendre le mortier à l’aide d’une truelle

  • Cette étape de la maçonnerie est la plus importante, mais demande beaucoup de pratique.
  • Le but est que vous appreniez à faire des « boudins » en grattant le mortier vers le haut le long de la paroi de l’auge de maçon avec le côté de votre truelle. Récupérez le mortier sur votre truelle et écartez votre truelle de la paroi de l’auge. Le mélange ramassé tourne environ d’un quart de tour. Répétez l’opération environ 3 fois jusqu’à ce que le mortier sur la truelle paraisse étiré et égal, d’où le terme « boudin » de mortier.
  • La quantité de mortier que vous prenez dépend du type de brique avec laquelle vous travaillez (briques de parement, parpaings, blocs de béton cellulaire, etc.). Au début, vous devrez découvrir par vous-même quelle est la quantité exacte.
2.

Poser le mortier

  • Posez le mortier d’un mouvement fluide. Posez directement le mortier sur toute la longueur à maçonner, de sorte que vous puissiez ensuite placer les briques beaucoup plus rapidement.
  • Pour un mur en demi-brique ordinaire, posez simplement les boudins de mortier les uns derrière les autres. Pour d’autres appareillages (voir également notre truc&astuce « Choisir l’appareillage »), il est parfois préférable de poser le mortier dans le sens de la largeur. Ici aussi, vous devrez d’abord découvrir par vous-même ce qui est le plus adapté. Veillez en tout cas à ce que le mortier soutienne l’ensemble de la brique.
  • Pour la première rangée de briques, appliquez une couche plus épaisse de mortier afin de compenser les inégalités éventuelles. Il est en effet important que la première rangée soit placée parfaitement de niveau.
  • Vérifiez la qualité du mortier en posant un peu de mortier sur une brique et en posant une autre brique sur le mortier. Maintenez-les l’une contre l’autre pendant une minute environ. Un mortier de bonne qualité doit se répartir de manière égale sur les deux briques lorsque vous les séparez. Dans le cas contraire, l’adhérence du mortier n’est pas optimale.
3.

Placer le premier bloc de construction

  • Pressez la première brique dans le mortier. Utilisez le côté de votre truelle pour la placer à la même hauteur que le cordeau de maçon tendu. Si vous travaillez avec des blocs lourds pour un mur portant intérieur par exemple (parpaings, blocs de béton cellulaire, blocs silicocalcaires, blocs de béton, etc.), vous pouvez utiliser un maillet pour adapter la position de la brique.
  • Attention : si vous devez faire trop d’efforts pour placer les briques à la même hauteur que le cordeau de maçon, il se peut que vous ayez appliqué une trop grande quantité de mortier ou que le cordeau de maçon ne soit pas placé à la bonne hauteur.
  • Grattez les excédents de mortier sous la brique à l’aide de votre truelle, et replacez-les dans l’auge de maçon. Cette étape est surtout importante lorsque vous maçonnez un mur creux. En effet, les excédents de mortier qui relient le mur portant intérieur au mur portant extérieur forment un pont thermique indésirable, ce qui nuit à l’isolation du mur.
4.

Placer les blocs de construction suivants

  • A l’aide de votre truelle, étalez le mortier sur la boutisse de la brique suivante. Lissez le mortier sur tous les côtés pour une bonne adhérence.
  • Pressez la nouvelle brique vers le bas dans le mortier et en même temps vers le côté, contre la brique déjà posée. Tapez à l’aide d’une truelle ou d’un maillet.
  • Procédez de la même manière pour toute la longueur. Réglez ensuite le cordeau de maçon pour commencer la rangée suivante.
  • A l’aide de votre niveau à eau, vérifiez régulièrement si vous placez les briques parfaitement droites les unes par rapport aux autres. En effet, même s’il semble que vous placez à chaque fois les briques correctement par rapport au cordeau de maçon tendu, il y a beaucoup de chances au début que vous les placiez trop vers l’intérieur ou vers l’extérieur. Il est donc recommandé de s’exercer.
5.

Couper des briques sur mesure

  • Pour obtenir des briques sur mesure, vous pouvez utiliser une meule (portez toujours des lunettes de protection). Consultez pour cela notre truc&astuce « Meulage et ponçage mécaniques ».
  • Il est également possible de raccourcir les briques à l’aide d’un couteau de briqueteur et d’un marteau à piquage. Posez pour cela la brique sur le sol, tracez la ligne à l’aide d’un crayon et placez le couteau sur la ligne tracée. Donnez ensuite un petit coup de marteau à piquage sur le couteau et la brique se cassera à peu près à hauteur de la ligne. Pour une plus grande précision, il est conseillé de faire d’abord une entaille dans la brique, par exemple en faisant plusieurs mouvements de va-et-vient avec le couteau sur la ligne tracée.
6.

Gratter les joints

  • Si vous avez fini de maçonner ou si vous continuez le lendemain, ne laissez pas sécher le mortier. Grattez les joints à l’aide d’un fer à joints long. Cela facilite le jointoiement.
  • Commencez par gratter les joints horizontaux jusqu’à 1cm de profondeur environ. Maintenez le fer à joints sous un certain angle, glissez-le dans un sens et puis dans l’autre, sous l’angle opposé.
  • Grattez enfin les joints verticaux.
  • Consultez éventuellement notre truc&astuce « Jointoyer des briques de parement ».

Matériel nécessaire

  • Matériaux (2)



  • Outillage (6)