tutoriel

Conseils pour traiter les maladies et parasites des conifères

Pour avoir un beau jardin en pleine santé, il faut savoir identifier les maladies et parasites qui peuvent survenir. Les parasites apparaissent le plus souvent lorsque les plantes sont à leur apogée. Montrez-vous malin et sachez distinguer les premiers signes de maladie. Dans ce truc&astuce, vous trouverez une description des maladies les plus courantes des conifères.

Tache noire (aphanomyce)

Diagnostic : Ce champignon tue les racines et les branches. La maladie survient aux endroits du jardin où, année après année, poussent les mêmes plantes. Une autre cause serait un arrosage trop irrégulier. Les plantes touchées montrent des branches brunes ou noires. Les épines jaunissent et les pousses meurent. Souvent, l’arbre meurt à partir de la cime.

Traitement : Les plantes peu atteintes peuvent encore être sauvées en pulvérisant un produit fongicide. Coupez les branches mortes. Pour favoriser le rétablissement, donnez de l’engrais. Les plantes plus atteintes par la maladie doivent être supprimées. Si vous plantez de nouveaux conifères, enlevez la terre jusqu’à un demi-mètre de profondeur.
(Foto: Bayer)

Rouille

Diagnostic : Chez les conifères, les aiguilles jaunissent et des amas jaunâtres apparaissent sur le tronc et le tronc gonfle en partie. Ce champignon peut revenir chaque année et tuer les pousses. La rouille touche surtout le pin, le genévrier, l’aubépine, le sorbier et le cassis.

Traitement : Sciez les branches atteintes, de préférence bien au-delà des parties atteintes. Le risque existe que la maladie réapparaisse l’année suivante. Demandez un fongicide dans le commerce
(Foto: Bayer)

Acarien

Diagnostic : Cette bête jaune-verte s’attaque surtout aux branches du genévrier et du thuya et l’enveloppe de fins fils. Les épines jaunissent et tombent.

Traitement : Vous pouvez tuer cet insecte avec certains produits chimiques. Plusieurs pulvérisations seront nécessaires.

Cochenille

Diagnostic : La cochenille floconneuse s’attaque aux épines et est reconnaissable à la membrane floconneuse qui la recouvre. Très friande de sève, les dégâts occasionnés sont minimes. Tout au plus quelques épines jaunissent. Elles font penser à du savon à cause des petites taches blanches.

Traitement : Pulvérisez avec des produits spécifiques vendus dans le commerce.
(Foto: Bayer)

Chenille (papillon)

Diagnostic : Cette chenille velue de 5cm pond ses œufs sur les branches et les recouvre de poils. Les larves mangent les épines et le conifère devient totalement nu. Les chenilles s’attaquent aussi aux arbres, arbres ornementaux et arbres fruitiers.

Traitement : Produit chimique. A l’automne, vous pouvez enlever tous les œufs sur l’écorce, ce qui est loin d’être évident.

Pourridié (armillaire)

Diagnostic : Si vos conifères sont touchés par l’armillaire, ils sont très mal en point. Souvent, ce champignon leur est fatal car il ne se remarque qu’à un stade très avancé. C’est l’une des maladies les plus fréquentes qui occasionne la mort des arbres comme les conifères, citronniers, rhododendrons, vignes, arbres fruitiers…

Symptômes : les épines jaunissent mais ne tombent pas.
Traitement : Il est souvent trop tard pour agir. Les racines sont généralement déjà atteintes. Eliminez-les en supprimant tout reste de racine. Avant de planter de nouveaux arbres, enlevez la couche supérieur de terre (sur 1m de profondeur). Vous pouvez aussi pulvériser le sol avec un produit fongicide.

Polypore du pin

Diagnostic : Ce champignon proche de l’armillaire pousse au pied du pin. Ce champignon peut se cacher sous des épines tombées au sol ou de la terre, si bien qu’il risque d’être remarqué trop tard. Il se développe par contact des racines d’autres espèces contaminées et est assez rare. Ce champignon peut atteindre 20cm et affiche une couleur brunâtre. Les conifères qui sont atteints pourrissent et meurent. La pourriture rend le conifère instable, ce qui peut s’avérer dangereux en cas de vent.

Traitement : Abattre et détruire.

Puceron du cyprès

Diagnostic : Le puceron gris-brun (de 3 à 4 mm) s’attaque le plus souvent aux anciens massifs. Les conifères présentent des taches jaunes aux endroits où ces bêtes sucent la sève. Le puceron est présent toute l’année, mais n’est actif qu’à partir d’avril où il dépose ses œufs. Cinq pucerons suffisent pour tuer la plante. On reconnaît leur présence à la masse gluante qu’ils laissent derrière eux.

Traitement : Traiter le plus rapidement possible avec des produits chimiques. Pulvérisez à l’intérieur de la plante afin de traiter correctement les branches atteintes. Mettre ensuite de l’engrais de manière à redonner vigueur à la plante dont la pousse a été ralentie par la présence des pucerons.
(Foto: Bayer)

Tétranyque de l’épinette et araignée rouge

Diagnostic : Ces petites bêtes de couleur jaune-vert déposent des petits œufs rouges et sont surtout actives lorsqu’il fait sec et chaud. Les épines se décolorent et tombent. Elles sucent aussi la sève des épines qui se décolorent et tombent également. Elles tissent de fines toiles. L’araignée rouge se loge surtout sur les arbres fruitiers, pois, tomates, plantes d’intérieur et cultures sous serre.

Traitement : à l’aide de produits chimiques. Plusieurs pulvérisations sont nécessaires. L’araignée rouge est plus difficile à traiter car elle devient rapidement résistante. Aspergez correctement les plantes pour éviter la prolifération et enlevez autant que possible les toiles.
(Foto: Bayer)